*

*
Je suis également ici clic image

0

dimanche, août 02, 2015

Sablés au camembert et sésame doré "clichés et diaporama" , balade à l'abbaye de Gellone à St Guilhem-le-Désert en clichés et diaporama




Sablés au camembert , thym  et sésame doré 
Recette pour : 6 pers 
préparation : 20 mn env 
Cuisson : 15 mn à 180 ° 
Je me suis inspirée d'une recette trouvée dans une boîte de camembert , ma touche perso , farine blanche remplacée par de la farine de seigle  bio   , l'ajout de sésame doré  et avoir utilisé le camembert en entier et  non au 3/4
Il faut :
1 camembert à maturité 
2 càs de sésame doré 
1 jaune d'oeuf 
4 cl d'huile d'olive 
2 à 3 càs de thym frais ou séché 
sel et une pincée de poivre 
100 g de farine de seigle bio 
Préparation :
Couper le camembert en morceaux  et le mettre dans le bol du mixeur , lui ajouter , le jaune d'oeuf , l'huile d'olive , le thym , les graines de sésame et le poivre ( saler ensuite si  besoin )
Mixer pour obtenir une pâte homogène 
Verser cette préparation dans une jatte et lui ajouter 100 g de farine , puis  la pétrir à la main , mettre en boule 
Rouler la pâte  sur un plan fariné , pour former un boudin , l'envelopper dans un film alimentaire , et laisser reposer 2 heure au réfrigérateur 
Le découper ensuite en rondelles de 8 mn "env" d'épaisseur 
Préchauffer le four sur 180° , chemiser une plaque d'une feuille de papier cuisson , puis y disposer les rondelles de pâte au camembert 
Enfourner pour une cuisson de 15 mn 
Laisser refroidir sur une volette 
Délicieux  à l'occasion d'un apéro :)
Le


Abbaye de Gellone " St Guilhem-leDésert "




Dans les jardins de l'abbaye de Gellone sont exposées deux bronzes de l'artiste Johan Creten 
Ci-dessus : Massu ( 300/19/19) de 2013
Ci-dessous : Pliny's sorrow ( sur la colonne ) de 2011 ( 191/110/43)
 Saint-Guilhem-le-Désert –
 Vallée de l’Hérault,
  Tout commence en 804 avec l’arrivée de Guilhem au Val de Gellone…
  Guilhem, :
occitan de Guillaume est aussi la forme du nom franc Whilhem, composé de Whil, «volonté» et de helm, «tête casquée». Un prénom prédestiné pour ce soldat dont les exploits sont célébrés par les troubadours dans la chanson de Geste de Guillaume d’Orange. Il y est tour à tour surnommé «Fierebrace» ou encore Guillaume au court nez. Constitué entre le XIIe et le XIVe siècle, le cycle de Guillaume d’Orange qui compte 26 chansons est l’une des plus vastes épopées littéraires médiévales.
 Le Désert :
lieu de retraite spirituelle Loin d’être un désert géographique, le Val de Gellone traversé par le ruisseau Verdus est une véritable oasis, lieu de repos et de retraite que choisit Guilhem en l’an 804. Au Moyen-âge, le «désert» renvoie à ces moines qui peuplèrent au IVe siècle les déserts d’Égypte et où débuta et rayonna le monachisme chrétien.  fils de Charles Martel, cousin de Charlemagne, Guilhem s’illustre à partir de 790 dans de nombreuses campagnes militaires qui le conduisent jusqu’aux marches de l’Espagne. En 801, la victoire sur les sarrasins à Barcelone le couronne de gloire. Pourtant, au terme de cet épisode, Guilhem choisit de déposer les armes. Guidé par Saint Benoît, fondateur du monastère d’Aniane et réformateur de l’ordre bénédictin, il se retire à Gellone et y fonde le monastère Saint Sauveur. Il y instaure le premier culte populaire : la vénération d’une relique de la vraie croix offerte par son cousin Charlemagne. Bien après sa mort en 812, la légende transmise par la Geste de Guillaume d’Orange s’empare de l’histoire pour faire de ce grand seigneur et conquérant, un moine puis un saint vénéré durant tout le Moyen-âge. Dès le Xe siècle, le monastère s’impose comme une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XIIe siècle le village prend le nom de St-Guilhem-le-Désert. Au cours des XVe et XVIe siècles, la nomination des abbés commendataires et les guerres de religion entraînent progressivement le déclin du monastère qui sera cependant sauvé de la ruine grâce à la congrégation bénédictine de Saint-Maur. Les Mauristes, méconnus dans l’histoire des religions, appartenaient à une élite intellectuelle dont la mission était la réhabilitation des monuments endommagés lors des guerres de religion. La Révolution Française sonne le glas des congrégations monastiques ! À partir de 1790, l’abbatiale devient la seule église paroissiale du village et les bâtiments sont vendus parmi les biens nationaux. Dépouillé de ses sculptures dont une partie se trouve aujourd’hui au « Cloisters Museum » de New York, on peut affirmer que le cloître est la véritable victime de cette période de l’Histoire de France.
Avec la prise en charge de l’Abbaye par les Monuments historiques, la restauration menée de 1960 à nos jours, a rendu à l’édifice son aspect originel.
En 1998, l’Abbatiale est classée au Patrimoine Mondial par l’UNESCO au titre des chemins de St-Jacques-de-Compostelle en France. Aujourd’hui, la communauté du Carmel Saint-Joseph occupe une partie des anciens bâtiments et lui rend sa destination monastique.

Popovers petits pains anglais :clichés et diaporama , Balade à St Guilhem-le-Désert en clichés et diaporama

Popovers 
Les popovers sont des petits pains d'origine anglaise , bien gonflés , ils ressemblent à des choux , ( il est vrai que la pâte est plus facile à réaliser :) 
On peut comme les choux les garnir de confiture , crème glacée , ou pâtissière , sauce au chocolat .........
Recette  pour : 6 à 12 pers  très facile à réaliser 
Préparation : 15 mn 
Cuisson : 45 mn 
Il faut :
400 g de farine 
1/4 de càc de sel
2 pincées de cannelle
4 oeufs
40 cl de lait
 40 g de beurre + 15 g pour les moules 
Préparation :
Faire chauffer le lait ( induction 3 )  dans une autre casserole faire  fondre le beurre 
Dans une jatte casser les quatre oeufs , puis les les mélanger au fouet électrique jusqu'à ce qu'ils commencent à mousser , ajouter alors le lait chaud sans cesser de fouetter , puis à vitesse plus lente ajouter la farine , sel et la cannelle , puis en dernier le beurre fondu chaud , bien mélanger 
Beurrer des moules type ramequins , les remplir de pâte  aux deux tiers 
Enfourner four préchauffé sur 220 ° pour une cuisson de 15 mn , puis réduire la température sur 180 ° , inciser légèrement le centre des popovers avec la pointe d'un couteau ; puis poursuivre la cuisson 20 mn 
Ils doivent être bien gonflés et dorés 
Les sortir puis les démouler 
Source :Le mag ELLE à table n° 101 Juillet/aoùt 2015




Village de St Guilhem-le-Désert  dans les gorges de l'Hérault  grand site de France
Abbaye de Gellone ( un prochain billet lui sera consacré ainsi qu'à son cloître )  
La cardabelle est une plante persistante des Causses et Mont de St Guilhem le Désert 
Dans le vieux village de St Guilhem le Désert , on peut voir clouées sur les portes des oustals  cette cardabelle , nom occitan de la carline à feuilles d'acanthe ,( petite soeur de l'artichaut) c'est une plante méditéranéenne , autrefois on en mangeait le coeur  et les feuilles servaient à carder la laine de mouton 
Elle représentait pour les anciens un porte  bonheur , sa forme symbolisant le pouvoir du soleil et de la lumière sur les  sombres forces du mal , c'est aussi un baromètre , car  elles referment ses feuilles à l"annonce d'un temps humide  , devenue rare elle est actuellement protégée , sa cueillette  sur le bartas  ( Maquis des Causses  ) est devenue interdite  depuis mars 1990 , cette dernière est référencée à l'inventaire National du Patrimoine Naturel ,  la cardabelle était et reste un signe de bienvenue sur les chemins de St Jacques de Compostelle , petit clin d'oeil aux randonneurs et pélerins de passage  .........


La maison Lorimy 
Elle possède une façade romane remarquable avec des baies géminées ( restaurées ) , frise de dents d'engrenage identique à celles qui ornent le chevet de l'abbaye de Géllone  
Le pont du diable 

La légende du pont du Diable 

Alors que les moines de Gellone et d’Aniane ne ménagent pas leurs efforts pour la construction du Pont traversant l’Hérault au débouché des gorges sur la plaine, on constate chaque matin en abordant les lieux, que les travaux réalisés la veille sont systématiquement détruits. Les deux congrégations monastiques comprennent très vite que leur projet subi des entreprises de sabotages nocturnes et en appelle à la protection de leur Saint Patron Guilhem qui un soir, décide de se rendre seul sur les lieux pour y interpeller les éventuels malfaiteurs. Après quelques heures, posté à attendre, Guilhem constate que le Diable déguisé dans un costume de bouc noir fracasse les travaux du pont. Guilhem l’interpelle alors :
- « Satan, je t’ai reconnu dans ton ridicule apparat. Pourquoi dévastes-tu ainsi l’ouvrage de mes frères ? »
- « C’est que je n’ai que faire des entreprises de tes chiens de serviteurs sur terre. »
- « Satan, plutôt que de nous affronter ici, essayons de régler notre contentieux intelligemment. »
- « Pour une fois, je suis d’accord avec toi Guilhem ! Alors écoute-moi bien. Je te propose de construire un pont le plus solide qui soit en trois jours. En échange, tu t’engages à me livrer l’âme d’un de tes chiens de serviteurs. Celle du premier qui traversera le pont sera pour moi et je l’emmènerai avec moi au fond de l’abîme des enfers. »
Sans répondre aux provocations du Diable et avec la plus sereine des assurances, Guilhem lui rétorqua :
- « L’âme d’un de mes chiens de serviteur ! Tu ne saurais mieux dire Satan ! Retrouvons-nous en ces lieux dans trois jours et trois nuits lorsque tu te seras exécuté. »



Diable
Parfois, en période de crue, la colère du Diable semble se réveiller et ses hurlements surgissent du fond du gouffre. C’est ainsi que pendant de très nombreuses années, les pèlerins et gens de passage qui traversaient le pont se munissaient de pierres pour les jeter dans le fleuve dans l’espoir d’y laisser le Diable au fond.
Sur ces mots, Guilhem s’en retourna au village.
Trois jours et trois nuits s’écoulèrent et ce fut le moment pour Guilhem et ses compagnons de retourner au pont pour constater la fin des travaux. Arrivés aux abords du chantier, Satan les accueille sur l’ouvrage qu’il vient d’achever, la mine réjouit à l’idée d’emporter avec lui une âme humaine. Il s’adressa alors à Guilhem en ces termes :
- « Je me suis exécuté, l’ouvrage est terminé. J’ai rempli ma part du contrat. A toi maintenant de me donner ce que tu m’as promis. »
Guilhem sortit alors un os de sa veste, le jeta de l’autre côté du Pont et le chien qui se tenait à ses côtés traversa le Pont à grandes enjambées. Alors que le Diable ne comprenait pas la manœuvre, Guilhem s’exclama :
- « Satan, tu vois que je respecte mes engagements. Il y a trois jours de cela, tu me demandais l’âme d’un de mes chiens de serviteur. Et bien, voici le plus fidèle de tous. »
- « ARRRRGH !! Guilhem !! Tu m’as trompé. Ma vengeance sera terrible ! »

Dans sa colère, le Diable tenta de détruire le pont mais l’ayant promis le plus solide possible, il ne put y parvenir. Enfin, comprenant qu’il ne pourrait se venger, il se jeta de dépit dans les eaux de l’Hérault et creusa le gouffre noir dans sa chute.

La passerelle des Anges 
Sur le chemin menant au pont du Diable , s'érige la passerelle des Anges , chef-d'oeuvre de technologie conçu par l'architecte Rudy Ricciotti 
Elle est bâtie en béton fibré haute performance : des millions de fibres d'acier créent la rigidité du pont 
Elle mesure 70 mètres de long pour 1.80 mètres de large , elle pèse : 140 tonnes 
C'est une première Européenne , il en existe une autre à Séoul  en Corée du Sud " La passerelle de la Paix " Il n'y a pas de structures métallique 
Cette passerelle est imposante de couleur gris foncé , cette passerelle peut être considérée comme l'antithèse de son cousin moyenâgeux , le pont du Diable , d'où son nom ....passerelle des Anges :)




dimanche, juillet 19, 2015

Jambon persillé au canard , balade en clichés et diaporama à l'abbaye troglodytique de St Roman de l'Aiguille + Ermitage du Mont Aiguille


Jambon persillé au canard 
Recette pour : 10 à 12 pers 
Préparation : 40 mn 
Temps de cuisson : 3 heures " env " 
Version , rapide et facile 
Il faut :
1 noix de jambon " 1,300 kg  crue
4 grosses cuisses de canard gras crues 
1 grosse pincée de girofle en poudre
1 càs de poivre blanc en grains 
1 càs de baies de genièvre 
3 grosses càs de thym , sarriette et romarin séchés
1 échalote  et 2 gros oignons coupés  très finement 
sel de Guérande
1 gros bouquet de persil plat  très frais 
4 sachets de gelée au madère 
Préparation :
Dans un grand faitout , mettre les viandes , les aromates ,  les oignons et échalote  et le sel 
Recouvrir d'eau à hauteur 
Porter lentement à ébullition ( induction  8 ) laisser ainsi 15 mn , puis baisser sur 3 , couvrir puis laisser cuire 2 h 30 mn à 3 heures 
Sortir le jambon , et le couper en lamelles épaisses , mettre de coté dans un plat 
Sortir les cuisses de canard , enlever peau et os , mélanger les deux viandes 
Dans une casserole verser 2 litres d'eau froide , y verser les  quatre sachets de gelée au madère , cuire et retirer à la première ébullition 
Laver le persil , le sécher avec délicatesse puis le ciseler sur un plat  avec une paire de ciseaux , 
Dans une terrine ( hauts bords ) verser deux louches de gelée au madère puis répartir un peu de persil ciselé, recouvrir d'une couche de jambon mélangé  au canard , recouvrir de deux louches de gelée au madère , saupoudrer de persil ciselé , répéter l'opération jusqu'à épuisement de tous les ingrédients , recouvrir la terrine de gelée madère et persil  
Laisser refroidir   cette terrine avant de la déposer au réfrigérateur 
Servir très frais le lendemain 
Source : recette perso 


Balade à l'abbaye troglodytique de St Roman de l'Aiguille

L'Abbaye de St Roman de l'Aiguille , commune de Beaucaire dans le Gard

Abbaye creusée au V e siècle dans le calcaire , c'est la seule abbaye troglodytique d'Europe Occidentale 



Dernières collines de la basse vallée du Rhône sur la rive droite du fleuve , le massif de l'Aiguille  a été occupé dès la prhistoire par des tribus de chasseurs qui utilisaient les nombreuses grottes que l'on trouve dans les massifs calcaires 
Vers la fin du Veme siècle , des ermites , peut-être disciples de St Roman ( fondateur de monastères dans le Jura , mort en 460 ) s'installent sur ce rocher et deviennent de plus en plus nombreux au fil du temps 
Au VIIe ou VIIIe siècle , cette communauté qui vivait un style de vie monastique oriental dans la lignée des Pères  du Désert d'Egypte , adopte la Règle de St Benoît  et devient abbaye bénédictine
Les moines agrandissent alors les cavités naturelles pour  y installer chapelle et cellules 
Passée au XIe siècle sous la tutelle de la puissante abbaye de Psalmody , située près d'Aigues-Mortes , St Roman demeure un prieuré , but d'importants pélerinages sur des reliques attribuées à St Roman et St Trophime
Du fait de son ancienneté et de son prestige , des privilèges honorifiques témoigneront de la grande estime dont jouissait  ce haut lieu malgré cette perte d'indépendance 
Au XIV e siècle , l'abbaye est fortifiée puis un studium , est installé par le pape d'Avignon Urbain V pour y dispenser une instruction à des jeunes gens pauvres ou riches doués pour les études 
En 1538 , Psalmody , se sécularise en collège de chanoines installés dans  Aigues-Mortes
Les moines quittent St Roman  qui est vendue à un particulier 
Celui-ci remplace , certaines constructions monastiques de la terrasse par un petit château ( fin 18 e siècle ) 
Transmis dans plusieurs familles de la région , il finit par être démantelé par un de ses derniers propriétaires qui en vend les pierres de taille 
Le site reste longtemps à l'abandon 
La société d'Histoire et d'Archéologie de Beaucaire entreprend des fouilles  et des déblaiements à partir des années 60 
La commune de Beaucaire devenue propriétaire en 1988 obtient le classement Monument Historique en 1991 , ce qui permettra d'entamer des travaux de consolidation et de mise en sécurité , prélude à une " future " restauration 
La plus radicale transformation fut réalisée par la taille de la pente naturelle de la colline , le creusement d'un grand fossé l'entourant et l'ajout de fortifications 
Les moines ont réalisé cette protection au moment de la guerre de Cent Ans 
A cette époque , ils avaient des constructions sur la terrasse et n'occupaient plus toutes la partie troglodytique 
Un peu avant les guerres de Religion , le seigneur laÏc remplace les bâtiments  monastiques par un petit château aujourd'hui disparu 

Abbaye St Roman photographiée depuis l'Ermitage de l'Aiguille 
Zoom
Au pied du rocher de l'abbaye 
La grande salle 
Autrefois dotée de trois niveaux , le plus bas avec des voûtes d'arêtes , le second une voûte en plein cintre , le dernier dont le plafond est le rocher , cette salle est entièrement taillée dans le calcaire 
La pièce du bas a sans doute servi d'écurie au XIVe s à l'époque du studium 
La Grande salle vue du dessus 
Le pressoir à vin médiéval
Le bâti du pressoir à vin 
Ce pressoir banal servait aux paysans qui dépendaient de l'abbaye et cultivaient des terrasses et des champs aux alentours 
On devait probablement trouver un four à pain , une meule sur la terrasse laisse supposer la présence d'un moulin
La chapelle 
Aménagée dans une grotte peu à peu agrandie , la chapelle fût exploitée en carrière au XIX e siècle 
Le travail des carriers , visible , aux paliers de découpe a rabaissé le sol de la chapelle d'un bon mètre cinquante sur les deux tiers de sa longueur et ouvert un puits de lumière à gauche de la nef , faisant perdre à l'antique chapelle son aspect bas et sombre 
Les points d'accrochages de multiples lampes à huile sont encore visible au plafond ( cliché diapo ) 

Le siège abbatial , à droite au fond du choeur élément unique du XIIe siècle est un des attraits majeurs de la chapelle , il est flanqué ( cliché ci-dessous ) de celui plus simple du Prieur 
A l'image de la chapelle , les sièges étaient sans doute peints et dotés d'accessoires qui ont disparus  
Ci-dessus un tombeau à reliques 
Selon la tradition le tombeau renfermait un fragment de la main droite de St Roman ainsi qu'un fragment du pied droit de St Trophime 
Une encoche sur le coté du tombeau alors fermé , permettait de toucher en signe de dévotion le reliquaire qui les refermait 
Les pélerins affluaient au cours du Moyen Age pour vénérer les reliques de St Roman et St Trophime 
Dans l'absidiole de la chapelle latérale on peut admirer un chapiteau roman , d(un cloître aujourd'hui disparu , qui était situé sur la terrasse supérieure et installé au dessus de la nécropole préexistante 
Sur ce clichés on peut voir quatre tombes en enfeux et une lanterne des morts ( de petites lampes à huile occupaient les petites niches 
Zoom 
Absidioles , arches et voûte sont de style roman ( XIe-XIIIe) , la chapelle ayant du être agrandie à cette époque 
Le rocher a également été renforcé à la croisée du transept par une voûte sur croisée d'ogivesreposant sur des piliers massifs 
Cellule 
La partie sud du rocher abrite ( quelques)  cellules , chambres de moines , qui ont échappé à la fortification du sommet 
Transformées en silos à grain postérieurement , certaines sont situées en façade du rocher ( cliché diapo ) et ne sont plus accessibles que par des échelles 
Une inscription latine au-dessus de l'ouverture de l'une d'elles témoigne de l'occupation par un moine du nom de Vitalis dont la réputation dut être grande " Vitalis vécut dans cette humble cellule " 
Escalier taillé dans le rocher  passage entre cellules et les  tombes rupestres de la terrasse et du cloître lorsque ce dernier existait 
Tombes rupestres 
St Roman , fut également une importante nécropole où étaient ensevelis aussi bien les moines que les paysans vivant sur le territoire de l'abbaye " ou peut-être  encore des habitants de la région qui faisaient un don à l'abbaye 
152 tombes taillées dans le calcaire sont encore visibles 
De nombreuses tombes ont été détruites par la retaille du rocher au XIVe s, par un propriétaire désireux de créer un jardin romantique au milieu des ruines , la présence de grands pins est le résultat de cet aménagement 
certaines subsistent en contrebas du rocher sous les remblais  
Une citerne de 143 m3 se trouve sous la terrasse elle date du XIVe s 
Un réseau de rigoles et de tuyaux récupérait autrefois les eaux de pluie recueillies sur les toitures vers un bassin de décantation installé au milieu des tombes 
Cette citerne et d'autres étaient la seule source d'eau pour les différents bâtiments et occupants successifs  


Ermitage du mont Aiguille


Le mont Aiguille photographié depuis l'abbaye de St Roman 



Petit zoom sur le mont Aiguille qui abritait un ermitage 

Vue à 360 ° 


Escalier menant à l'ermitage 
Ici le mont Aiguille photographié depuis les terrasses de l'abbaye de St Roman ( terrasses qui abritent des tombes rupestres en grand nombre ( mon prochain billet sera consacré à cette abbaye )St Roman est la seule abbaye  troglodytique d'Europe Occidentale 
Petit zoom sur cette abbaye troglodytique